Humanité 2.0

menu

Mercredi, 16 mars 2016 5 milliard $ pour l'usage de l’alphabet

5 milliard $ pour l'usage de l’alphabet peut nous sembler plus du domaine de l'humour que de la réalité, mais dans les faits, notre société est bien calquée sur cette image. En effet, d'énormes moyens sont déployés chaque jour pour protéger les droits d'auteur, marque de commerces et l’ensemble des brevets de nos sociétés de consommation. Ces mesures permettent de faciliter la rentabilité face aux pressions de la concurrence et ainsi protéger les créations de certains penseurs et artistes. Par contre, cette école de pensée axée sur l'exclusivité des idées, entrave le génie humain et restreint par le fait même l'évolution de celui-ci.''C'est un processus naturel propre à l'Homme d'innover'' et restreindre l'accès aux connaissances revient à limiter le développement de l'humanité entière!  

L'accès aux connaissances garanti un meilleur avenir à tous

Imaginez combien de nos chers disparus seraient toujours parmi nous si les médicaments et les technologies de demain avaient étés disponible hier. Est-il seulement possible de concevoir où en seraient rendus les progrès de l'humanité, si tout au long de son développement, l'ensemble des connaissances découvertes avaient étés partagées? Je suis convaincu que ce monde serait bien différent et que la solution à plusieurs enjeux humains serait découverte depuis fort longtemps. Il est grand temps que l'argent ne soit plus un déterminant dans le partage des connaissances. ''Les connaissances sont du domaine public''. En effet, nul ne peut revendiquer l'exclusivité d'une découverte sans avoir lui-même profité d'un large savoir collectif, riche de toutes les expériences humaines. Ce savoir collectif est une entité en soit, il ne peut être ni possédé, ni encadré. Il représente la contribution de l'humanité entière et nous devons faire en sorte qu'il reste disponible et accessible par tous. Qu'il soit utilisé au premier degré ou dans une démarche plus large, l'utilisation de ses connaissances relève du domaine public. Aucun individu ( dans l'espace de sa propre vie ), ne dispose de suffisamment de temps pour élaborer les pré-requis qui sont nécessaires à la création de ses propres idées. De ce fait, profiter gratuitement de ce savoir collectif pour ensuite en revendiquer l'exclusivité devient déloyal face à cette collectivité qui en vérité, est la plus grande contributrice dans le développement de toutes nouvelles idées. Personne ne pourrait imposer un droit payable sur l'utilisation de l'alphabet ou des mathématiques car tous s'entendent sur le caractère public (commun à tous) de ces créations. Elles furent découvertes par l'ensemble de l'humanité à travers son histoire et il nous suffit maintenant d'étendre cette propriété collective du savoir à un spectre plus large. Par exemple, nos universités ( financées majoritairement par des fonds publics) participent grandement aux recherches et développements des innovations actuelles et il serait donc normal que ce savoir reste non seulement public dans son utilisation, mais que toutes les innovations subséquentes à celui-ci restent gratuites pour la collectivité. Dorénavant, assurons-nous de garder au profit de la collectivité les produits intellectuels de celle-ci. Au nom de l'humanité, laissons libre accès à ce savoir et refusons catégoriquement toutes réclamations d'exclusivité à ceux qui ont profité de ces connaissances gracieusement offertes.  

'' Les connaissances sont du domaine public ''

Ce qui doit être public est très facile a définir

Définir où tracer la ligne entre les connaissances publiques et privées est très simple. En effet, il suffit de s'interroger sur la portée de celles-ci et de mesurer l'impact qu'elles représentent. Plus une information touche un grand nombre de personnes, plus elle relève du domaine public. Dans un autre ordre d'idées, plus une information peut avoir un impact profond chez un ou des individus, moins elle doit être l'exclusivité d'une tierce personne ou entité. Nous avons tous des besoins fondamentaux ( voir la plus importante pyramide de l'histoire) et avoir libre accès au savoir collectif et aux innovations universelles sont les meilleurs moyens d'y répondre. Ce constat représente l'humanité entière et donc, à lui seul, justifie le caractère d'un domaine commun et la revendication de ce savoir. ''Ce qui est utile à tous doit être du domaine public.''  

Définir où tracer la ligne entre les connaissances publiques et privées est très simple. En effet, il suffit de s'interroger sur la portée de celles-ci et de mesurer l'impact qu'elles représentent. Plus une information touche un grand nombre de personnes, plus elle relève du domaine public. Dans un autre ordre d'idées, plus une information peut avoir un impact profond chez un ou des individus, moins elle doit être l'exclusivité d'une tierce personne ou entité. Nous avons tous des besoins fondamentaux ( voir la plus importante pyramide de l'histoire) et avoir libre accès au savoir collectif et aux innovations universelles sont les meilleurs moyens d'y répondre. Ce constat représente l'humanité entière et donc, à lui seul, justifie le caractère d'un domaine commun et la revendication de ce savoir. ''Ce qui est utile à tous doit être du domaine public.''  

S'il vous plait, apportez votre contribution en publiant vos hyper-liens préférés parmis nos blogs. Vous aiderez ainsi  à créer un mouvement d'informations qui permettra un retour maximal  à sa source et par le fait même dynamiser ce blog et son futur forum. Aussi, revenez souvent voir l'évolution de celui-ci et ainsi apportez une nouvelle contribution aux nouveautés qui vous seront intéressantes.